Sandra Binion

After earning a degree in classical ballet and studying fine arts, I began my art career in the mid-1970s as a performance artist. My work was deeply integrated into the contemporary art scenes of the places I lived during the next 20 years, including New York, Los Angeles, Berlin, and Chicago. In 1982, I began producing film and video primarily for incorporation into intermedia performance pieces. In 1990, I decided to concentrate on the study and creation of film works, and in 1992 I received an MFA in filmmaking from The School of the Art Institute of Chicago. By 1996, I was creating performance pieces with projected video as a visual foundation juxtaposed with live music and stage activities. My focus then shifted to producing video works that utilized the concept of the chamber piece—a combination of visual imagery, sound, spoken word, and improvised music. The result was a cinema built out of carefully constructed layers in which juxtaposition and indeterminism allow for fluid interpretations. My work underwent a further expansion in the early 2000s as I took up a serious practice of painting and digital photography. My photographic work often focuses on details of surface, light, architecture and bodies—crystallizing, in a sense, my ongoing interests in site, space, gesture, and the choreography of the everyday. At present, video, photography, and painting have now become synergistic elements in multi-disciplinary thematic projects intended for exhibition.

--

Après avoir obtenu un diplôme en danse classique et étudié les arts plastiques, j’ai débuté ma carrière au milieu des années 70 en tant qu’artiste de performance. Mon travail a profondément reflété le paysage artistique des endroits où j’ai vécu pendant environ 20 ans que ce soit à New York, Los Angeles, Berlin et Chicago. En 1982, j’ai commencé à produire des films et vidéos destinés à être incorporés dans des pièces de performances multimédias. Puis, en 1990, j’ai décidé de me concentrer sur l’étude et la création d’oeuvres filmées et ai reçu deux ans plus tard un MFA de cinéma de The School of the Art Institute of Chicago. Jusqu’en 1996, j’ai créé des pièces de performance où la projection vidéo m’a servi de fondation visuelle à laquelle j’ai juxtaposé de la musique et des performances en temps réel. J’ai ensuite déplacé mon intérêt sur la production de vidéos « de chambre », combinant imagerie visuelle, son, parole et musique. Il en a découlé une oeuvre cinématographique composée de couches intimement superposées au sein desquelles la juxtaposition et l’indéterminisme ouvraient à des interprétations fluides. Mon oeuvre s’est par la suite développée
au début des années 2000 à travers une pratique plus accrue de la peinture et de la photographie. Mon travail photographique porte souvent sur les détails des surfaces, de la lumière, de l’architecture et des corps—cristallisant, d’une certaine manière, mon intérêt constant pour les sites, l’espace, le mouvement et la choréographie du quotidien. La vidéo, la photographie et la peinture sont maintenant devenues des composantes synergiques dans des projets thématiques multidisciplinaires destinés à être exposés.